bandeau imageDRJSCS Corse

DRJSCS Corse

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>EMPLOI-FORMATION-CONCOURS >Métiers du sport >BPJEPS : le diplôme et le métier

BPJEPS : le diplôme et le métier

Article Métiers du sport 2/02/2018

Educateur sportif - BPJEPS éducateur sportif

Pour encadrer le sport de manière professionnelle, il faut être titulaire d’un diplôme reconnu par le ministère chargé des sports. Le métier d’éducateur sportif est accessible par l’acquisition d’un BPJEPS spécialité « éducateur sportif », dans une mention relative à une discipline sportive ou une famille d’activités.

Comme l’ensemble des diplômes de la jeunesse et des sports, la formation BPJEPS est organisée en alternance. Le stagiaire partage son temps entre l’organisme de formation et une structure d’accueil, qui peut être une association sportive, une collectivité ou encore un établissement privé du secteur marchand.

La formation dispensée doit lui permettre de développer des compétences déclinées en « Unités Capitalisables », évaluées lors d’épreuves certificatives et à acquérir pour valider le diplôme :

UC 1 : Encadrer tout public dans tout lieu et toute structure
UC 2 : Mettre en œuvre un projet d’animation s’inscrivant dans le projet de la structure
UC 3 : Conduire une séance, un cycle d’animation ou d’apprentissage dans le champ de la mention
UC 4 : Mobiliser les techniques de la mention ou de l’option pour mettre en œuvre une séance, un cycle d’animation ou d’apprentissage

Pour accéder à la formation le PSC 1 est exigé et un niveau minimum de pratique peut être requis selon la discipline et le candidat peut être évalué lors de tests techniques (tests d’exigence préalable à l’entrée en formation). Dans tous les cas, il doit également bien connaître la structure et les disciplines dans lesquelles il intervient.

L’éducateur sportif encadre tout type de public afin de faire découvrir et initier aux activités sportives, dans une discipline (boxe, judo...) ou une famille d’activités (remise en forme, activités physiques pour tous...).

Les tâches principales d’un éducateur sportif

Un éducateur sportif exerce des missions d’animation, d’encadrement et d’enseignement lors de séances généralement collectives.
Il peut exercer auprès de tous les publics, en utilisant les supports liés à la mention de son diplôme. Les mentions peuvent correspondre à une discipline en particulier (boxe, judo…) ou une famille d’activités (activités physiques pour tous, activités de la forme…).
L’éducateur sportif a pour mission principale de faire découvrir et d’initier à une activité, mais peut aussi préparer aux premiers niveaux de compétition selon la mention.

Les autres tâches possibles

L’éducateur sportif peut exercer d’autres missions telles que la participation aux tâches administratives de son club (surtout pour les petites structures), l’entretien des matériels ou l’accueil dans les locaux. Il peut également participer à l’organisation d’animations évènementielles au sein d’une équipe de travail.

Les conditions de travail

Les éducateurs sportifs peuvent être employés par tous types de structures, en fonction de la mention de leur diplôme et du secteur d’emploi :

  • collectivités territoriales, avec accès au concours d’éducateur de la fonction publique territoriale (ETAPS)
  • associations sportives
  • structures privées du secteur marchand telles que salles de remise en forme, centres équestres, bases de loisirs etc.

Il est rare qu’une association ait les moyens de recruter à temps complet, l’éducateur sportif devra donc parfois partager son temps entre plusieurs structures. Il pourra avoir plusieurs contrats de travail ou exercer en tant que travailleur indépendant, et sera souvent pris en soirée ou les weekends.
Après quelques années d’expérience dans le métier, l’éducateur sportif pourra évoluer vers des fonctions de direction ou s’orienter vers l’entraînement dans sa discipline.

Animateur - BPJEPS animation

Comme l’ensemble des diplômes de la jeunesse et des sports, la formation BPJEPS est organisée en alternance. L’apprenant partage son temps entre l’organisme de formation et une structure d’accueil adaptée à sa mention.

La formation dispensée doit lui permettre de développer des compétences déclinées en « Unités Capitalisables », évaluées lors d’épreuves certificatives et à acquérir pour valider le diplôme :

UC 1 : Encadrer tout public dans tout lieu et toute structure
UC 2 : Mettre en œuvre un projet d’animation s’inscrivant dans le projet de la structure
UC 3 : Conduire une action d’animation dans les activités de la mention ou de direction d’un accueil collectif de mineurs
UC 4 : Mobiliser les démarches d’éducation populaire pour mettre en œuvre des activités d’animation dans le champ de la mention ou de l’option

Pour accéder à la formation, le PSC1 et une expérience d’au moins 200 heures sont exigés et le candidat, selon la mention, peut être évalué lors de tests techniques (tests d’exigence préalable à l’entrée en formation).
L’animateur(trice) encadre tout type de public et s’appuie sur des activités de découverte, d’animation et d’éducation afin de promouvoir toutes compétences (sociales, intellectuelles, physiques…) utiles à son public.

Les tâches principales d’un animateur

L’animateur(trice) exerce en autonomie son activité professionnelle, en utilisant un ou des supports techniques dans les champs des activités éducatives, culturelles et sociales, dans la limite des cadres réglementaires. Il/elle est responsable de son action au plan pédagogique, technique et organisationnel. Il/elle assure la sécurité des tiers et des publics dont il/elle a la charge. Il/elle a la responsabilité du projet d’animation qui s’inscrit dans le projet de la structure.

Les modes d’intervention qu’il/elle développe s’inscrivent dans une logique de travail collectif et partenarial, prenant en compte notamment les démarches, d’éducation à la citoyenneté, de développement durable et de prévention des maltraitances.

Il/elle encadre tout type de public, dans tous lieux d’accueil ou de pratique au sein desquels il/elle met en place un projet. Il/elle peut être amené(e) à diriger un accueil collectif de mineurs.
Il/elle encadre des activités de découverte, d’animation et d’éducation.
Il/elle construit des progressions pédagogiques lui permettant d’encadrer des activités éducatives et d’apprentissage. Il/elle accompagne des publics dans la réalisation de leurs projets.

Les conditions de travail

Les animateurs(trices) peuvent être employés par tous types de structures, en fonction de la mention de leur diplôme et du secteur d’emploi :

collectivités territoriales, avec accès au concours d’animateur de la fonction publique territoriale
associations d’éducation populaire
centres sociaux
maisons de quartier
EHPAD, résidences pour personnes âgées
structures privées du secteur marchand

Après quelques années d’expérience dans le métier, l’animateur(trice) peut évoluer vers :

une activité technique ;
l’encadrement pédagogique ;
la formation ;
une spécialisation sur l’accueil et l’encadrement d’un public ;
la coordination puis direction d’une structure.